Chronique financière du 2 au 6 octobre : Chiffres de l’emploi décevants après un mois de septembre positif

 

Indices 06.10.2017 Perf.  en % depuis le 01.01.2017
S&P 500 (US) 2’549.33 13.9
Dow Jones (US) 22’773.67 15.2
Nasdaq (US) 6’064.57 24.7
Euro Stoxx 50 3’603.32 9.5
DAX (ALL) 12’955.94 12.8
FTSE 100 (UK) 7’522.87 5.3
Nikkei 225 (JP) 20’66.8 8.2
SMI (CH) 9’252.12 12.6
Hang Seng (HK) 28’458.04 29.4
Gold 1’276.46 10.71
Oil (WTI) 50.53 -8

                                               Source : FUW

          Le mois de septembre a été positif pour les marchés actions américains qui ont atteint de nouveaux records. L’Europe et le Japon ont aussi affiché de belles performances. Cette première semaine d’octobre avait commencé de façon similaire, jusqu’à l’annonce, vendredi, des chiffres de l’emploi américain pour le mois de septembre.

Au lieu de d’une création attendue de 75’000 nouveaux emplois, il y a eu une destruction de 33’000 emplois. Les raisons de ce soudain revirement de tendance (il s’agit de la première destruction d’emplois depuis 2010) sont directement imputables aux ouragans Harvey et Irma. Il s’agit donc d’un problème ponctuel. De plus, sur le même mois le taux de chômage a diminué de 4.4% à 4.2% et le salaire moyen de l’heure a augmenté de 2.9%. « Le 10 ans américain » a été impacté par cette annonce ; son rendement a grimpé à 2.37 car ces chiffres ne devraient pas affecter le programme de resserrement monétaire de la Fed (Réserve Fédérale Américaine).

Cependant, après des enchainements de records boursiers aux États-Unis, poussés par la promesse du plan fiscal de Trump ainsi que des données macroéconomiques encourageantes, il n’est pas exclu que les marchés puissent amorcer une phase de consolidation.

Ce plan fiscal, tant attendu par les marchés depuis le début du mandat du président américain, a été présenté cette semaine devant le Congrès américain. Il ne semble pas rencontrer de divergences auprès des Républicains qui y sont représentés en majorité. Cette réforme propose l’abaissement fiscal des sociétés (de 35% actuellement à 20%) ainsi qu’une taxe fixe de rapatriement des liquidités, une réduction de taxes pour les contribuables les plus riches ainsi que pour la classe moyenne. En revanche, les détails de son financement ne sont pas clairs ; cette réforme pourrait augmenter le déficit budgétaire déjà abyssal.

Au niveau macro-économique, le GDP américain du deuxième trimestre 2017 a été légèrement plus haut que prévu grâce à un accroissement des dépenses des ménages. Le PMI des services, qui passe de 55.3 à 59.8, est est en forte croissance. Les commandes industrielles pour août ont rebondi de 1.2% grâce au secteur des transports témoignant d’une activité économique dynamique. Les inscriptions au chômage ont baissé plus que prévu (260’000 inscriptions au lieu des 265’000 attendus). En revanche, le moral des ménages a légèrement diminué suite aux ouragans.  De plus, l’inflation reste stagnante et le PCE pour le mois aout est sorti à 1.4%.

En Europe, les données macroéconomiques sont aussi globalement bonnes tel que le PMI (Purchasing Managers Index) pour a zone euro qui a atteint 56.7 en septembre. L’inflation européenne est restée inchangée à 1.5 % (core inflation a 1.1%). La Banque centrale européenne (BCE) a publié son compte-rendu dans lequel elle évoque deux scénarios principaux quant à l’orientation future de sa politique monétaire. Le premier scénario consisterait à diminuer le montant des rachats d’actifs en le prolongeant dans le temps. Le deuxième scénario, a contrario, consisterait à réduire les achats d’actifs dans une moindre mesure sans prolongation du programme dans le temps. Les membres de la BCE vont débattre des différentes options possibles. En Allemagne, Merkel a été réélue pour la 4 ième fois à la tête du gouvernement. Le CDU est arrivé en tête des législatives mais elle devra composer avec une coalition qui s’annonce délicate à cause de l’émergence de partis populistes. En Espagne, les séparatistes catalans ont amené des tensions sur les marchés boursiers et obligataires espagnols puis européens par effet domino. Ils envisagent de présenter mardi une déclaration unilatérale d’indépendance malgré l’opposition de la Cour Suprême.

La banque centrale Australienne a conservé sa politique monétaire accommodante en laissant son taux d’intérêt directeur inchangé à 1.5%. Une baisse de 3.5% de l’ « Aussie » contre le dollar avait déjà été entamé.

Cette semaine débute la saison des résultats d’entreprises avec les valeurs bancaires américaines.

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s