Chronique boursière du 26 au 30 juin : Premier semestre 2017 positif sur les actions et l’or.

 

PERFORMANCES DES INDICES DEPUIS LE 01.01.2017

 

S&P 500 (US) 2’423 8.2%
Dow Jones (US) 21’349 8.0%
Nasdaq (US) 5’646 16.1%
Euro Stoxx 50 3’441 4.6%
DAX (ALL) 12’325 7.4%
FTSE 100 (UK) 7’312 2.4%
Nikkei 225 (JP) 20’033 4.8%
SMI (CH) 8’906 8.4%
Hang Seng (HK) 25’764 17.1%
MSI World Index 1’916 9.3%
Gold 1’241.68 7.8%
Oil (WTI) 45.87 -16.4%

                                   Source : FUW

 Vers la fin de divergences de politiques monétaires ?

Mario Dragui, le Président de la Banque Centrale Européenne (BCE), a donné cette semaine un discours optimiste. Il a annoncé qu’il ne voyait plus de risques déflationnistes pour la zone Euro. Bien que son discours ait été sujet à des spéculations quant à la direction future de la politique monétaire de le BCE, cela a envoyé l’Euro au plus haut depuis un an. La devise européenne a terminé le semestre à 1.14 contre dollar. Elle a pris 8.78 % depuis le début de l’année.

Après une augmentation ce mois-ci du taux directeur américain de 25 points de bases de la part de la Reserve Fédérale Américaine (FED), La Banque Centrale Européenne (BCE), Bank Of England (BOE) et Bank of Canada (BOC) semblent envoyer elles aussi des signaux moins dovish (complaisants) aux marchés. Ces signaux inattendus ont fait baisser le dollar contre les autres devises car dans ces conditions, le billet vert perd de son attractivité ; son rendement devient relativement moins intéressant. En revanche, cela à fait augmenter le rendement du bon du trésor américain à 10 ans à 2.29%.

Ce premier semestre a été caractérisé par une volatilité basse malgré le lot d’incertitudes politiques dont nous avons discuté dans nos précédentes chroniques. Mais à fur et à mesure que les banques centrales retireront leurs liquidités des marchés, cette volatilité devrait augmenter.

Au niveau macroéconomique, l’inflation peine toujours à décoller. L’inflation sous-jacente pour la zone Euro (l’inflation exemptée des éléments volatils tels que l’énergie et l’alimentation) est sortie à 1.3% pour le mois de juin (contre 1.4% pour mai). Pour les Etats-Unis, le PCE (l’indice suivis de près par la Fed) a également ralenti et est sorti à 1.4% pour mai.

Rotation sectorielle : Des performances disparates

Affichant une généreux 16% depuis le début de l’année, le secteur de la technologie conserve la meilleure performance semestrielle du S&P 500 malgré les faiblesses des FAANG (Facebook-Amazon-Apple- Netflix- Google) qui lui ont couté -3% de baisse cette semaine.

Le secteur de la santé affiche la deuxième meilleure performance du S&P 500 avec 15% bien que le report du vote sur la réforme de la santé au 4 juillet l’ait fait faiblir cette semaine de -1.7%.

Le secteur de la finance a bien performé cette semaine suites aux bonnes nouvelles parues. La FED va autoriser l’augmentation des dividendes et des rachats d’action à 35 banques. De plus, toutes les banques américaines ont passé les stress tests avec succès (ce sont des tests de résistance bancaire face à des situations de crises). Enfin, les valeurs bancaires ont aussi été aidées par la hausse du taux américain car cela accroit leurs marges. Le secteur a pris 4.1% dans le mois.

Le secteur de l’énergie a été le gros perdant du semestre ( -14.7%). Il a été entraîné par la chute du pétrole. Uniquement sur le mois de juin, il a perdu 10 USD à cause d’une offre de brut excédentaire. Cela dit, la faiblesse récente du dollar américain a limité quelque peu la casse.

LES PRINCIPAUX INDICES AMERICAINS DEPUIS LE 01.01.2017

 

Capture d_écran 2017-07-03 à 10.36.25

Source : Swissquote

Fortement influencée par les marchés américains, la bourse européenne (Stoxx 600) a eu des performances sectorielles pour le semestre très similaire. Les secteurs de la technologie et de la santé (respectivement 12.4% et 13.7% de performance) sont en tête et la plus mauvaise performance a été attribuée au secteur de l’énergie (-11%). L’Euro sera à surveiller car sa hausse récente pourrait pénaliser les entreprises européennes exportatrices.

Cette semaine, nous serons en attente du rapport mensuel des chiffres de l’emploi aux Etats-Unis et des enquêtes PMI (Purchasing Managers Index). Nous serons aussi en attente de la saison des publications trimestrielles des entreprises.

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s