Chronique boursière du 6 au 12 février

Les marchés ont été hésitants à cause des incertitudes grandissantes des investisseurs quant aux Trumpenomics. Le momentum semble s’essouffler à des niveaux de valorisations élevés.

La semaine s’est néanmoins terminée avec les 3 indices phares américains en hausse. Le S&P 500, le Dow Jones et le Nasdaq clôturent aux plus hauts niveaux historiques suite aux déclarations jeudi de Mr Trump. Il a annoncé que « quelques chose de phénoménal va se produire au niveau fiscal ». Les marchés ont apprécié.

Cela dit, les développements concrets de la politique du nouveau président seront analysés soigneusement par la Fédéral Réserve lors de sa prochaine réunion du 15 et 16 mars.

Le décret anti-migratoire de Mr Trump a été refusé au grand soulagement des géants de la Tech.

De l’autre côté de l’atlantique, Mme May a reçu le feu vert légal pour le Brexit. L’Allemagne, de son côté, élit un nouveau président issu du SPD et anti-Trump. Sa position n’a pas de pouvoir réel, mais pourrait affaiblir la chancelière Mme Merkel du CDU.

Toujours en Allemagne, un excédent commercial record a été annoncé cette semaine. Cette annonce ne va pas aider à apaiser les relations déjà tendues avec les Etat-Unis. En effet, l’Allemagne est accusée de compétitivité déloyale en sous-évaluant l’Euro. Face à ces accusations, Mario Draghi a bien précisé que la BCE est indépendante en matière de politique monétaire et qu’il n’ y a pas de manipulation de devises.

Sur le marché obligataire, le bund allemand fait figure d’actif refuge au détriment des obligations de la périphérie et aussi de la France qui traverses des turbulences électorales.

Mario Draghi a annoncé que le soutien des mesures politiques monétaires sont toujours d’actualité bien que la reprise économique en Europe gagne en vigueur. D’après le banquier central, les risques de la zone euro sont liés à des facteurs mondiaux . En janvier, l’inflation a augmenté de 1.8% en glissement annuel, se rapprochant ainsi des objectifs de 2 % de la BCE. Mais toujours d’après Mr Draghi, cette augmentation serait due au récentes hausses des prix de énergie. L’inflation sous-jacente – l’inflation corrigée de tout les facteurs volatiles – reste faible.

En Suisse, selon les derniers statistiques, la confiance des consommateurs et des entreprises s’améliore malgré des perspectives sur l’emploi un peu moins optimistes et malgré l’abandon du taux plancher de la BNS. Dimanche, le projet de reforme fiscale pour la compétitivité des entreprises suisses n’a pas passé aux votations.

Les exportations chinoises pour le mois de janvier ont été en hausse, après un net ralentissement l’année passé.

L’Allemagne a déclaré la semaine passé que toute réduction de la dette grec a été exclue. Elle préconise un Grexit ; la saga pourrait reprendre…

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s