Chronique boursière du 12 au 17 décembre 2016

santanclause

 

Mercredi, elle a parlé et, pendant cet instant, tous les traders de la Terre se sont arrêtés de respirer, les yeux rivés sur CNBC…elle, c’est la présidente de la FED : Janet Yellen !

Et pour la deuxième fois depuis 2008 -rappelez-vous la première hausse de taux qui a eu lieu il y a pile un an- le taux directeur américain a été relevé de 25 points de base. Le taux d’intérêt évoluera dans une fourchette comprise entre 0.50% et 0.75%. Cette décision intervient dans le cadre d’une reprise économique, d’un taux de chômage au plancher et d’un retour de confiance suite aux élections. Elle a aussi annoncé trois hausses de taux en 2017.

Cette hausse de décembre -qui était attendue par la majorité des intervenants- était donc déjà largement escomptée dans le marché. Ces derniers n’ont pas clôturé à des niveaux stratosphériques ou en grosses baisses. Le Dow Jones n’a pas franchi les 20’000 points mais vendredi soir il a clôturé à 19’843. Et le S&P à 2’258 points.

En ce qui concerne les hausses sur 2017, le consensus s’attendait à deux hausses alors que trois ont été annoncées, car d’après le FOMC (Federal Open Market Committee), les attentes d’inflation ont augmenté considérablement, suggérant ainsi que le marché du travail se resserre. Vous trouverez dans le blog, le « fed dot plot » qui illustre l’avis de chaque participant du meeting quant à la situation du taux d’intérêt dans le futur.

Au niveau économique, il est prévu un taux de croissance de 1,8% pour cette année et une amélioration à 2.1% pour 2017.

L’annonce surprise des trois hausses n’a pas encore préoccupé les intervenants en cette fin d’année. Et le VIX -la mesure de volatilité- ayant quelque peu augmenté, juste avant le discours du FOMC, ne s’est pas emballé ensuite.

Par contre, cette annonce a eu un effet important sur le dollar, qui s’est renforcé de 1% contre l’euro juste après. Vendredi soir, il traitait à 1.0414, se rapprochant ainsi toujours plus de la parité.

Les obligations du gouvernement américain, au contraire, ont continué de décrocher… oui ! continué, car elles avaient déjà passablement chuté dans l’attente d’une hausse des taux. Le 10 ans américain se trouve à 2.59.

Ce resserrement monétaire plus « hawkish » que prévu va neutraliser la politique fiscale expansionniste de Trump : une politique risquant de conduire à une surchauffe économique en période considérée de plein emploi avec un taux de chômage au plus bas depuis 2008.

Vendredi, on était le 3ème vendredi du trimestre (c’est le jour des quatre sorcières) où beaucoup de contrats sur « futures » et « options » arrivent à échéance. Cela amène généralement à plus de volatilité sur le marché, car les traders bouclent leurs positions. Mais le VIX n’a clôturé vendredi qu’à 12.20.

A retenir aussi que la Banque d’Angleterre maintient son taux directeur ainsi que son programme d’achat d’actifs inchangés, en ligne avec les attentes. Au niveau macro, il y a eu une accélération de l’inflation en novembre et on s’attend à une augmentation en 2017, à cause de la faiblesse de la livre et du renchérissement des importations. Bien que la consommation des ménages en novembre ait été encourageante, la banque d’Angleterre émet un « warning » pour 2017, où elle s’attend à un ralentissement de l’activité.

Notre banque Nationale a gardé son taux directeur inchangé… ce qui n’était pas non plus une surprise. Elle s’attend à une hausse du PIB d’environ 1.5% en 2017. Mais la BNS signale toutefois un danger dû à une multitude d’incertitudes politiques en Europe pour l’année prochaine et elle se tient prête à intervenir sur le marché des changes si nécessaire pour défendre le Franc Suisse. Vendredi soir l’euro/franc suisse se traitait à 1.0731.

La banque de Norvège a aussi maintenu son taux, mais sur ce coup les intervenants s’attendaient à une baisse. Le taux n’ayant pas baissé, cela a propulsé la couronne norvégienne à la hausse.

En Italie, le poste de Premier Ministre transitoire n’est plus vacant et c’est le Ministre des affaires extérieures qui s’y colle. Il aura la lourde tâche de régler les problèmes des banques italiennes et d’arranger les soucis des règles électorales avant la prochaine élection. On lui souhaite bonne chance dans ses nouvelles fonctions !

Trump a encore fait une victime avec son arme à 140 caractères : le tweet ! Après Boeing, c’est au tour de Lockheed Martin de se prendre une baffe, suite à une histoire de coûts « hors de contrôle » d’un avion de chasse. C’est le rêve pour ceux qui sont « short » sur ces titres…

Quant à la composition du nouveau Conseil d’administration de America Corp…euh ! pardon, du nouveau gouvernement, on a appris cette semaine que le nouveau Secrétaire d’Etat américain est un ingénieur texan qui a fait ses armes en tant que CEO chez Exxon. La presse a affirmé qu’il aurait des relations avec la Russie. Mais l’on note que ce nouveau chef de la diplomatie américaine n’a aucune expérience diplomatique…ni gouvernementale d’ailleurs, tout comme ses nouveaux collègues au gouvernement.

Le gros perdant de la semaine était le marché chinois : actions, obligations et devises : tout est parti de travers suite à un rapport qui parle d’une hausse surprise des activité de « shadow-banking »…

La plus grosse banque italienne, Unicredit, lève 13 milliards d’euros et coupe 6’500 postes en plus. Ce qui a fait monter le titre de presque 10%.

Dans les petites nouvelles à commenter au café, on retient qu’Amex offre 20 semaines payées pour tous les parents. C’est sympa, ça, pour les célibataires qui n’auront droit à rien si ce n’est aux back-ups des parents.

Revenons à nos perspectives 2017 :

Dans ses perspectives d’investissements, la Banque Syz n’est pas très positive pour 2017, où elle s’attend à un scénario de déflation mondiale à la japonaise et préconise un abandon des politiques monétaires contre des politiques budgétaires. Elle reste néanmoins positive sur l’Europe, pour autant que cette dernière ne connaisse pas de crise politique, car cela pèserait encore plus sur l’euro. La banque est aussi positive pour la Suisse.

Voilà, c’est tout pour cette semaine et nous nous retrouverons en janvier, pour de nouvelles chroniques boursières. Je vous souhaite de bonnes fêtes à tous et une pétillante année 2017.

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s